La Nouvelle-Calédonie fait le choix de la France, le “non” à l’indépendance l’emporte

La Nouvelle-Calédonie a choisi de rester française. Alors que deux tiers des bulletins de vote ont été dépouillés (128 618 bulletins), le « non » à l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie est en tête avec 59,68 % des voix contre 40,32 % pour le « oui », a fait savoir le Haut-Commissariat.

Quelque 174 154 électeurs sur les 270 000 habitants du Caillou étaient appelés à répondre « oui » ou « non » à la question : « Souhaitez-vous que la Nouvelle-Calédonie accède à la pleine souveraineté et devienne indépendante ? »

La Nouvelle-Calédonie restera une collectivité française et l’Etat continuera à exercer les compétences régaliennes. Les élections provinciales – pour renouveler le congrès de Nouvelle-Calédonie – seront maintenues et se tiendront en mai 2019.

A l’issue de ces élections, si un tiers des membres du congrès le demande, un deuxième référendum portant sur la même question sera organisé dans les dix-huit mois qui suivent cette demande. En cas de nouveau vote du "non", il pourra être suivi d’un troisième référendum.

A la mi-journée, Emmanuel Macron s’est exprimé depuis l’Élysée afin de saluer le résultat du vote. Après avoir salué "l’engagement des forces politiques calédoniennes et des autorités kanakes", le président de la République a rappelé la "stricte neutralité de l’État dans cette consultation". "Nous avons garanti la loyauté et la sincérité de ce scrutin". Il a également salué les efforts d’une "campagne responsable, respectueuses des points de vue adverses".

Lors de son discours, Emmanuel Macron a tenu à afficher son "immense fierté", celle de voir que "la majorité des Calédoniens [ont] choisi la France". Un choix qui selon lui témoigne d’une "marque de confiance" de la Nouvelle-Calédonie envers la France. De l’avis du chef de l’État, ce référendum était le "rendez-vous que les Calédoniens et l’État s’étaient donné pour surmonter les divisions". Il est dorénavant temps de se tourner vers l’"avenir" afin de "se saisir des responsabilités larges", a également avancé le chef de l’État.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite