Vidéo-Le Maroc abritera la 10éme Conférence Mondiale des Géoparcs de l’Unesco en 2023

Le conseil des Géoparcs de l’organisation des Nations-Unies pour l’éducation, la science et la culture a pris la décision, à l’unanimité de ses membres, d’attribuer au Maroc l’accueil et l’organisation de sa 10éme conférence mondiale sur les Goparcs, prévue en septembre 2023.

A l’heure où le réchauffement climatique est devenu un enjeu international majeur, l’attribution de l’organisation de cet événement au Maroc a toute son importance, d’autant que le Royaume était en compétition avec des poids lourds de la diplomatie environnementale comme la France.

Le Brésil et le Mexique avaient également déposé leur candidature pour une conférence mondiale dont l’objectif est la préservation de zones géographiques uniques, leurs protection et leur développement durable.

Après la Chine, l’Irlande du Nord, l’Allemagne, le Japon, le Canada, le Royaume-Uni, l’Italie, l’Islande et la République de Corée, c’est donc au Maroc que reviendra d’accueillir cet événement important dans la lutte contre le réchauffement climatique et la préservation de la biodiversité.
C’est là un succès diplomatique pour le Maroc, à la lumière de l’agenda politique international dans lequel le défi du climat et des exigences de durabilité est devenu un enjeu majeur dans les relations internationales.
La conférence internationale sur les Géoparcs mondiaux de l’UNESCO, organisée tous les deux ans, rassemble 1.500 personnes de 50 nationalités pour renforcer les canaux de collaborations et formuler des propositions à même de contribuer à la préservation de l’environnement et au développement durable. Ce sont, notamment, des spécialistes de l’environnement, du tourisme, de la géologie et de l’éducation.
À l’heure actuelle, il existe 169 géoparcs mondiaux labellisés par l’UNESCO dans 44 pays. Selon la définition de l’organisation onusienne, les géoparcs mondiaux sont “des zones géographiques uniques et unifiées où des sites et des paysages d’importance géologique internationale sont gérés selon un concept holistique de protection, d’éducation et de développement durable.”
Le concept, qui marie conservation et développement durable tout en impliquant les communautés locales, est de plus en plus populaire. L’Unesco soutient les efforts des États membres pour créer des Géoparcs mondiaux UNESCO dans le monde entier, en étroite collaboration avec le Réseau mondial des géoparcs.
C’est à travers le Géoparc de M’Goun qu’a été portée la candidature du Maroc pour l’organisation de cette conférence, en sa qualité de premier géoparc du Maroc, d’Afrique et du monde arabe. Ce joyau de la biodiversité qui couvre une superficie estimée à plus de 5700 km², englobant 15 communes ( Azilal, Demnate, Tilougite, Zaouit Ahensal, Tabant, Ait M’Hamed, Ait Taguella, Agoudi N’Lkheir, Ait Abbas, Ait Boulli, Ait Blal, Sidi Boulkhelf, Tifni, Anergui Boutferda.), a reçu le précieux label en 2014 (il a été rejoint en 2018 par le deuxiéme Unesco Global Geopark africain, le Ngorongoro Lengai en Tanzanie).

Situé au milieu de la chaîne du haut atlas central entre Béni Mellal au nord et la ligne de crête de l’lghil M’Goun au sud, le Géoparc du M’Goun est un territoire protégé qui comprend un certain nombre de géosites d’un intérêt exceptionnel, mais aussi des lieux de valeurs écologiques, archéologiques, historiques et culturelles précieux.

Le Géoparc est devenu un acteur important pour le développement socio-économique de la région où il contribue à stimuler le développement du tourisme, en particulier le géotourisme.

Le Géoparc UNESCO du M’Goun a également une vocation éducative et propose un programme pédagogique scientifique et environnemental.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite