Tunisie: la production de pétrole toujours entravée par des manifestants

La production des sites pétroliers du Sud tunisien est toujours à l’arrêt près de deux mois après son blocage par des habitants réclamant des emplois, ont indiqué manifestants et autorités, alors que les compagnies pétrolières ont menacé de licencier des employés.

Selon le ministère de l’Energie, la Tunisie perd chaque jour environ 40 % de sa production de gaz, et la moitié de sa production de pétrole.

“Notre sit-in se poursuit, et la vanne de pétrole est toujours fermée, dans l’attente d’une rencontre sous peu avec le nouveau gouvernement”, a déclaré à l’AFP Khalifa Bouhaouach, un membre de la coordination organisant le blocage.

Le pipeline transportant la moitié de la production pétrolière de la Tunisie avait commencé à être bloqué le 16 juillet, peu après la démission du gouvernement. Un nouveau cabinet est entré en fonctions jeudi.

Des protestataires avaient alors forcé l’accès du site d’El Kamour, dans la région de Tataouine, après des semaines de sit-ins, pour réclamer l’application de promesses gouvernementales de 2017.

Cette année-là, après un premier blocage émaillé de heurts, le gouvernement avait promis d’embaucher des milliers de chômeurs et de créer un fonds d’investissement pour leur région, mais une grande part de ces promesses n’a pas été réalisée.

Des responsables ont proposé mi-août 250 emplois sur trois ans pour les manifestants, selon M. Bouhaouach, qui a qualifié cette proposition d'”inacceptable”.

Le chômage à Tataouine dépasse les 30%, l’un des plus élevés dans le pays, et avec le nouveau coronavirus, la crise sanitaire a fait disparaître des milliers d’emplois supplémentaires et entravé les petits boulots transfrontaliers faisant vivre de nombreuses familles.

La production pétrolière tunisienne est modeste, avec 40.000 barils par jour en moyenne, dont 55% environ est extraite dans la région de Tataouine, sur des sites exploités par l’Autrichien OMV, l’Italien ENI et l’Anglais Atog.

Face à la suspension du pompage, les compagnies directement touchées ont envoyé fin août un courrier commun pour alerter le président Kais Saied.

Dans ce courrier publié par des médias, que le ministère a confirmé avoir reçu, ces compagnies menacent de fermer leurs sites et évacuer leurs employés, soulignant le risque de licenciement de “milliers” de travailleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite