Polémique: “Toutes les civilisations ne se valent pas”, selon Claude Guéant

Le ministre français de l’Intérieur a soutenu que “toutes les civilisations ne se valent pas”, hier lors d’un colloque organisé par le syndicat étudiant UNI. Des propos vivement controversés.

Polémique:
"Contrairement à ce que dit l’idéologie relativiste de gauche, pour nous, toutes les civilisations ne se valent pas". En tout état de cause, nous devons protéger notre civilisation". Ces deux phrases figuraient dans le texte d’un discours prononcé samedi par Claude Guéant devant des membres de l’association d’étudiants de droite UNI, lors d’un colloque organisé à l’Assemblée nationale et fermé à la presse.
Le ministre de l’Intérieur, également chargé de l’Immigration, a développé la comparaison des civilisations: "Celles qui défendent l’humanité nous paraissent plus avancées que celles qui la nient. Celles qui défendent la liberté, l’égalité et la fraternité, nous paraissent supérieures à celles qui acceptent la tyrannie, la minorité des femmes, la haine sociale ou ethnique".

"Nous devons protéger notre civilisation" a-t-il affirmé au cours de cette réunion à huit clos tenue sous le thème "Vaincre pour la France.", avant d’ajouter: "contrairement aux socialistes, je pense que toutes les civilisations ne se valent pas."

Les propos du ministre de l’Intérieur ont suscité un torrent de critiques sur internet, à trois mois de l’élection présidentielle française.

Sur son compte twitter, Harlem Désir, numéro deux du Parti socialiste français, y a vu "la provocation pitoyable d’un ministre réduit à rabatteur de voix du (parti d’extrême-droite) FN. Une majorité en perdition électorale et morale".

Sur le sien, la secrétaire nationale d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV), Cécile Duflot, a écrit : "Retour en arrière de 3 siècles. Abject".

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite