Paris: la conférence internationale sur la Libye met l’accent sur l’accord de Skhirat

La déclaration finale tout comme la conférence de presse clôturant la conférence internationale sur la Libye, qui s’est tenue à Paris ce vendredi, ont mis l’accent sur l’accord politique de Skhirat de 2015, qui a jeté les bases de la réconciliation entre les différents protagonistes de la crise libyenne.

Considéré par les Nations Unies comme le seul cadre viable pour tout règlement politique de la crise libyenne, l’accord de Skhirat a été cité par le président français Emmanuel Macron parmi les initiatives internationales menés ces dernières années en vue de sortir la Libye du chaos.

“Un grand travail a été conduit ces dernières années auquel nous avons tous participé, avec plusieurs initiatives; La Celle-Saint-Cloud à Paris en 2017 et 2018; à Palerme; à Berlin; à Tripoli récemment. Je n’oublie pas l’initiative du Caire et les accords de Skhira”, a déclaré le chef de l’Etat français lors de la conférence de presse conjointe avec la chancelière allemande Angela Merkel, le président du conseil des ministres italien Mario Draghi, le Président du Conseil Présidentiel libyen Mohamed El-Menfi et le premier ministre libyen Abdelhamid Dbeibah.

En outre, dans leur déclaration finale sanctionnant les travaux de cette conférence internationale, les participants ont également fait référence à l’accord inter-libyen conclu à Skhirat.

“Nous prenons acte, depuis l’Accord politique libyen de 2015 (accord de Skhirat ndlr), des résultats des conférences de Paris et de Palerme et des autres initiatives internationales et régionales sur la Libye”, soulignent dans leur déclaration finale les participants à cette conférence internationale, co-organisée par la France, l’Italie, l’Allemagne et la Libye.

Dans son discours devant la conférence sur la Libye, le chef de la diplomatie marocaine, Nasser Bourita, qui représentait le roi Mohammed VI, a exposé l’approche royale pour la résolution de la crise libyenne et la volonté du souverain de faire du Maroc une terre d’accueil pour le dialogue inter-libyen.

M. Bourita a souligne que le souverain suit de près les développements en Libye et encadre de sa vision l’engagement du Maroc qui ne s’est jamais démenti, sans ingérence et sans agenda autre que la concorde entre les protagonistes libyens.

Il a relevé que cette approche, fondée sur le respect de la volonté libyenne et le bannissement de tout paternalisme, a permis des avancées majeures entamées par la conclusion en décembre 2015 de l’Accord politique de Skhirat.

Le ministre a rappelé que les arrangements de Bouznika, du 6 octobre 2020 ont permis d’avancer vers la réunification des sept postes souverains, que le congrès parlementaire inter-libyen du 23 novembre 2020 a facilité la réunion, pour la première fois depuis 2011, de 123 parlementaires libyens de l’Est et de l’Ouest, et que plus récemment, l’engagement de Rabat de décembre 2020 a fait converger les opinions des Représentants de la Chambre des Représentants et le Haut Conseil d’Etat au sujet de la tenue des élections à la date prévue du 24 décembre 2021.

M. Bourita a appelé les participants à la conférence à sortir avec des messages forts et clairs à l’adresse de la Libye et de la Communauté Internationale.

Il a également appelé la Libye à s’engager vers un avenir meilleur pour préserver les avancées réalisées, soulignant que les élections peuvent transformer le cessez le feu en paix durable et régler définitivement la question de légitimité.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite