Les Etats-Unis ouvrent un consulat à Dakhla

Les Etats-Unis ouvrent dimanche une représentation diplomatique à Dakhla, en présence du secrétaire d’Etat adjoint pour le Proche-Orient et l’Afrique du Nord, David Schenker qui a commencé samedi une “visite historique” au Sahara marocain en atterrissant à Laâyoune.

La délégation américaine de haut niveau, conduite par David Schenker, a visité les locaux du futur Consulat général des Etats-Unis d’Amérique à Dakhla.

David Schenker, en visite samedi à Laâyoune, s’est félicité samedi à Laâyoune de l’excellence des relations entre son pays et le Maroc, lesquelles “n’ont jamais été aussi fortes”.

“C’est un moment clé dans les relations USA-Maroc. Jamais ces relations n’ont été aussi fortes”, a souligné le responsable US qui intervenait lors de la cérémonie de lancement du centre d’éducation par le sport ” TIBU Laâyoune Center by US Embassy Morocco”.

M. Schenker a évoqué à cet égard l’annonce historique faite le mois dernier par les Etats-Unis de reconnaitre la pleine souveraineté du Royaume du Maroc sur l’ensemble de la région du Sahara marocain et d’ouvrir un consulat à Dakhla.

Le responsable US a noté que l’année 2021 marque les deux cents ans depuis que les États-Unis ont ouvert leur première mission diplomatique au Maroc. “À Tanger, se trouve la plus ancienne installation diplomatique US dans le monde”, a-t-il rappelé.

La nouvelle carte du Maroc intégrant son Sahara a été adoptée par Washington trois jours après l’annonce de la Proclamation américaine de la marocanité des provinces du sud.

“En reconnaissant la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental, le président Trump a rejeté les statuts quo ratés qui ne bénéficiaient à personne, et à la place, il a mis en route une solution durable et mutuellement acceptable”, avait souligné Jared Kushner, principal conseiller du président Trump.

L’accord prévoit l’ouverture d’un “consulat” américain à Dakhla et inclut une enveloppe de trois milliards de dollars (2,4 milliards d’euros), débloquée par la Banque américaine de développement (DFC) pour le “soutien financier et technique de projets d’investissements privés” au Maroc et en Afrique subsaharienne.

S’y ajoute un milliard de dollars (818 millions d’euros) pour l’entrepreneuriat féminin dans la région par l’intermédiaire de l’initiative “2X Women Africa”, financée par la DFC.

Au-delà du volet financier, la reconnaissance américaine est considérée comme “une percée diplomatique historique”.

Ces derniers mois, une vingtaine de pays -dont les Comores, le Liberia, le Burkina Faso, Bahreïn ou les Emirats- ont ouvert des représentations diplomatiques à Dakhla ou à Laâyoune (nord), ce que le Polisario considère comme contraire au droit international.

Les séparatistes du Polisario, soutenus par l’Algérie, a rompu mi-novembre le cessez-le-feu signé en 1991 sous l’égide de l’ONU et bloqué le passage d’El Guerguerat. Le Maroc a déployé ses troupes pour “sécuriser” la seule route vers l’Afrique de l’Ouest.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite