Interview Assad: “100% de mensonges et de cynisme”, selon Ayrault

Le prĂ©sident syrien Bachar al-Assad, en jugeant que l’attaque chimique prĂ©sumĂ©e dont il est accusĂ© Ă©tait une “histoire fabriquĂ©e Ă  100%”, a fait preuve de “100% de mensonges” et de “cynisme”, a dĂ©clarĂ© vendredi Jean-Marc Ayrault.

"J’ai pris connaissance de cette interview avec une profonde tristesse et une grande consternation (…) Ce que j’ai entendu, c’est 100% de mensonge et de propagande. C’est 100% de cruautĂ© et de cynisme", a indiquĂ© le ministre français des Affaires Ă©trangĂšres, en visite officielle Ă  PĂ©kin.

"La rĂ©alitĂ©, c’est plus de 300.000 morts c’est 11 millions de personnes dĂ©placĂ©es ou rĂ©fugiĂ©es (…) c’est un pays dĂ©truit. C’est ça la rĂ©alitĂ©. Ce n’est pas un fantasme", a-t-il martelĂ©.

Dans un entretien mercredi Ă  l’AFP, Bachar al-Assad avait accusĂ© les Occidentaux d’avoir "montĂ© toute l’histoire" de l’attaque chimique prĂ©sumĂ©e contre une ville rebelle syrienne afin de prĂ©parer, selon lui, le terrain Ă  des frappes amĂ©ricaines contre son armĂ©e.

InterrogĂ© sur cette attaque chimique prĂ©sumĂ©e dans la ville de Khan Cheikhoun, dont les images de personnes saisies de convulsions ont choquĂ© le monde, M. Assad a dĂ©menti toute implication, assurant "qu’aucun ordre n’avait Ă©tĂ© donnĂ©" et que le rĂ©gime de Damas "ne possĂ©dait pas d’armes chimiques".

Ce que rĂ©futent aussi bien les EuropĂ©ens que Washington, qui a qualifiĂ© l’attaque contre Khan Cheikhoun de "crime de guerre".

"Pour y mettre fin, il faut un cessez-le-feu rĂ©el, qui cantonne les forces aĂ©riennes et militaires syriennes, garanti par la communautĂ© internationale", a estimĂ© vendredi Jean-Marc Ayrault, Ă  l’issue d’une entrevue avec son homologue chinois Wang Yi.

Il a ainsi appelĂ© Ă  "la reprise d’un processus politique, d’une nĂ©gociation politique pour une transition dans le cadre de la rĂ©solution 2254 des Nations Unies".

"Il n’y a pas d’autre voie possible", a-t-il insistĂ©, avant de "remercier" la Chine pour "sa position indĂ©pendante et sage, et le rĂŽle qu’elle joue dans ce sens au Conseil de sĂ©curitĂ©" de l’ONU.

La Russie a posĂ© mercredi son veto Ă  un projet de rĂ©solution du Conseil de sĂ©curitĂ© qui exigeait des autoritĂ©s syriennes des dĂ©tails sur leurs activitĂ©s militaires le jour de l’attaque.

En revanche, la Chine, qui s’Ă©tait prĂ©cĂ©demment opposĂ©e Ă  plusieurs projets de rĂ©solutions proposant des sanctions contre Damas, s’est cette fois-ci abstenue.

"Nous allons travailler ensemble avec la France pour (…) rĂ©aliser un cessez-le-feu vĂ©ritable et de rĂ©aliser une rĂ©conciliation effective", a dĂ©clarĂ© Wang Yi vendredi lors d’une brĂšve confĂ©rence de presse Ă  laquelle il est arrivĂ© main dans la main avec son homologue français.

Concernant l’attaque chimique prĂ©sumĂ©e, PĂ©kin continue de plaider pour que soit "menĂ©e au plus tĂŽt une enquĂȘte indĂ©pendante, Ă©quitable et professionnelle pour tirer au clair cette affaire", a ajoutĂ© le ministre chinois.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour amĂ©liorer votre expĂ©rience. Nous supposerons que vous ĂȘtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous dĂ©sinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite