Destruction d’un satellite par Moscou: Paris condamne une action “déstabilisatrice” Politique

Les ministres français des Affaires étrangères et des Armées ont condamné fermement la conduite par la Russie d’un tir de destruction à l’encontre de l’un de ses propres satellites, qualifiant cette action de “déstabilisatrice”, d'”irresponsable” et de “susceptible de provoquer des conséquences de très longue durée sur l’environnement spatial et pour tous les acteurs spatiaux”.

En particulier, les tirs anti-satellites créent, en connaissance de cause, des débris qui représentent un risque pour la sécurité des activités spatiales et pour le libre accès à l’espace pour tous, ont souligné Jean Yves Le Drian et Florence Parly dans un communiqué conjoint publié mardi soir.

“Nous constatons en l’espèce le volume très important de débris produits par ce tir”, soulignent les deux responsables gouvernementaux.

La France promeut de longue date un usage pacifique et responsable de l’espace extra-atmosphérique, ont rappelé M. Le Drian et Mme Parly qui s’étaient réunis avec leurs homologues russes le 12 courant à Paris.

Ils ont indiqué qu’un dialogue aux Nations Unies sera lancé dans les prochains mois à la demande d’une très large majorité d’Etats sur les comportements responsables dans l’espace, afin de réduire les menaces spatiales et d’éviter les risques de malentendus et d’escalade, précise le communiqué, notant que Paris et l’Union européenne ont soumis dans cette perspective au Secrétaire Général des Nations Unies des propositions concrètes afin d’établir des normes de comportements responsables dans l’espace, y compris afin d’éviter la création intentionnelle de débris.

Les deux ministres ont appelé, à cet égard, la Russie à participer à ces discussions pour la mise en œuvre de normes dans l’espace.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite