Pécresse réclame des cellules police-justice à disposition des enseignants et élèves

Le présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse a demandé dimanche la création de “cellules police-justice” pour qu’enseignants et élèves puissent faire des “signalements” en cas de menace, après la décapitation d’un professeur dans les Yvelines.

Samuel Paty a été décapité vendredi pour avoir montré à ses élèves des caricatures de Mahomet, un “attentat islamiste caractérisé” dénoncé par Emmanuel Macron.

Selon Mme Pécresse (ex-LR), “il va falloir frapper très vite, très fort, il va falloir assurer la protection de nos enseignants”. Et “ce n’est pas l’Education nationale qui arrivera à le faire, c’est la police et la justice”, a-t-elle déclaré à Europe 1, Cnews et Les Echos.

“C’est pour cela que je demande une celule police-justice de signalement” pour “nos enseignants, dès qu’ils font l’objet de menaces, de pressions de la part des élèves ou de leur famille”, a-t-elle poursuivi.

Ces cellules devraient aussi être à la disposition des élèves, a précisé la présidente du conseil régional d’Ile-de-France, rappelant le cas de Mila, adolescente harcelée pour avoir critiqué l’islam sur les réseaux sociaux.

Il s’agit d'”éviter le +pas de vague+”, a-t-elle souligné en référence au mouvement des professeurs qui s’estiment lâchés par leur hiérarchie lors d’incidents liés à l’islam.

Le Premier ministre Jean Castex a indiqué dans le JDD travailler à “une stratégie de riposte encore plus ferme, plus rapide et plus efficace quand un enseignant subit des menaces”.

Au-delà, Mme Pécresse juge qu'”il faut faire reculer l’islamisme, aujourd’hui il est dans nos écoles”. “Il faut assumer des principes très forts” et dès la rentrée “le lundi 2 novembre, il devrait y avoir une journée pédagogique entièrement consacrée à la liberté d’expression dans chaque classe”, pour pouvoir “parler du droit de caricaturer et montrer des caricatures”.

En outre, “on doit interdire toute association qui se réclame de l’islam et qui ne condamnerait pas publiquement ce crime abject” commis vendredi, prône la présidente de région. De même “on doit fermer toute mosquée qui ne condamnerait pas clairement” cette décapitation.

La responsable de droite renvoie dos à dos extrême droite et extrême gauche sur ces questions. “Le Rassemblement national serait plus crédible (…) si à chaque fois qu’on propose une solution (ses représentants) ne votaient pas contre”, affirme Mme Pécresse. Quant à LFI, ses élus ont “attaqué la charte de la laïcité au conseil régional”, a pointé l’ancienne ministre.

Le président du groupe RN à la Région, Wallerand de Saint Just, s’en est pris ensuite sur Twitter à Valérie Pécresse: elle “prétend faussement que nous ne votons pas ses propositions quand elle sont adéquates” et “reprend avec son projet de cellule d’écoute (pour les enseignants) un amendement” de son groupe “qu’elle avait refusé de façon sectaire”, a-t-il affirmé.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite