Le bien-être mental, désormais une “industrie” mondiale qui vaut plus de 4 billions $

Propulsé au devant de la scène par les répercussions d’une crise sanitaire qui dure près de deux ans, le bien être mental dans le monde est devenu une industrie qui a été évalué à plus de 4 billions de dollars en 2020 et appelée à s’accroître de 10% chaque année jusqu’en 2025.

Un rapport du Global Wellness Institute (GWI) publié mercredi fait ressortir que l’économie du bien être mental au niveau mondial vaut désormais quelque 4,4 billions de dollars. Malgré une baisse de de 11% par rapport à 2019 (4,9 billions de dollars), ce marché retrouve sa vitalité d’avant la pandémie en 2021 avec cinq billions de dollars, avant de marquer une hausse de 10% annuellement pour s’établir à 7 billons $ en 2025, selon l’étude.

“Le bien-être mental est la nouvelle bulle de l’industrie”, lit-on dans ce rapport, le premier du genre sur ce marché émergeant.

“Le stress, la solitude et l’épuisement professionnel battaient leur plein bien avant la pandémie”, indique Ophelia Yeung, chercheur au sein du GWI, citée dans le document, relevant qu’un “méga-changement” culturel s’est opéré ces dernières années dans ce domaine d’autant plus que les gens sont de plus en plus conscients de l’importance des solutions “intégratives” telles que la méditation, le sommeil et la santé du cerveau.

Capitalisant sur cette tendance, des entreprises se précipitent pour proposer toutes sortes de solutions afin de satisfaire les besoins dans ce nouveau domaine prometteur.

De son côté, Katherine Johnston, chercheur au sein du même institut, fait remarquer que les “souffrances” nées de la pandémie ont pesé sur le bien-être mental dans le monde, ce qui a suscité un engouement pour des stratégies “alternatives” afin d’améliorer ce bien-être.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite