GhaliGate: le PP exige du gouvernement de Pedro Sánchez de tout révéler sur son implication dans ce scandale d’Etat

Le Parti Populaire (PP) a demandé au gouvernement espagnol de détailler, par écrit, les noms de tous les hauts fonctionnaires et fonctionnaires qui ont activement participé à l'”affaire Ghali”, le chef des séparatistes du Polisario, indique le journal espagnol ABC.

L’opération clandestine que l’exécutif de Pedro Sánchez a déployée en avril dernier pour introduire en Espagne sous une fausse identité Brahim Ghali est devenue un véritable scandale d’Etat.

Ghali est arrivé le 18 avril 2021 à bord d’un avion en provenance de l’Algérie , qui a atterri à la base aérienne de Saragosse, couvert par un dispositif coordonné par le ministère des Affaires étrangères avec la direction de l’armée de l’air, sans être soumis aux contrôles des passeports et aux frontières, afin que son entrée en Espagne ne soit pas enregistrée.

Et de poursuivre qu’au moment de son admission clandestine à l’hôpital de Logroño, Brahim Ghali était impliqué dans des affaires pénales ouvertes pendant des années devant la Haute Cour nationale espagnole pour des accusations de génocide, de terrorisme, de meurtre, de torture, de disparitions, de détention illégale et de blessures.

Dans une question au gouvernement, le député Luis invite expressément  Pedro Sánchez , le ministre de l’Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, et la vice-présidente de l’époque Carmen Calvo, à révéler les contours de leur  implication dans cette opération qui a débouché sur une grave crise inédite entre Rabat et Madrid aux conséquences lourdes.

le PP exige également savoir le degré de participation et de connaissance de la présidente de La Rioja, la socialiste Concha Andreu , et de la déléguée du gouvernement d’Aragon à l’époque et actuelle ministre de l’Éducation, Pilar Alegría , soit indiqué par écrit .,

Dans leur question devant le Parlement, le PP exige également que le gouvernement de Pedro Sánchez révèle, par écrit, “le nom du personnel médical et des autorités sanitaires de La Rioja et d’Aragon qui connaissaient la véritable identité” de Brahim Gali, ainsi que ” le nom des autorités policières et militaires qui avaient connaissance de l’arrivée de Gali en Espagne, ainsi que le nom et la fonction des autorités diplomatiques qui étaient au courant de l’opération”, rapporte encore ABC.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite