Après Macron, Darmanin rencontre le CFCM

Vendredi le président Emmanuel Macron reçoit à l’Elysée le président du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM), Mohammed Moussaoui, et de l’un de ses deux vice-présidents. Samedi 26 septembre, c’est autour du ministre de l’Intérieur, chargé des Cultes, de rencontrer place Beauvau une délégation du Bureau du CFCM pour échanger notamment sur le projet de loi en préparation sur les séparatismes.

Cette rencontre avec la délégation du CFCM, conduite par M. Moussaoui, s’est déroulée en présence des représentants de la ministre déléguée auprès du ministre de l’Intérieur, en charge de la citoyenneté, madame Marlène Schiappa et du ministre de l’Education nationale, de la jeunesse et des sports, M. Jean Michel Blanquer.

Elle a permis de “faire un tour d’horizon sur de nombreux dossiers du culte musulman qui touchent à son organisation, notamment la création des Conseils départementaux du Culte Musulman (CDCM), la formation des imams et des aumôniers ainsi que leurs statuts et le financement de culte musulman”, indique un communiqué du CFCM.

La réunion a été également l’occasion d’échanger sur les objectifs et les finalités du projet de loi contre les séparatismes et la lutte contre les dérives extrémistes et sectaires, qui menacent la cohésion nationale et le pacte républicain, souligne le CFCM.

Selon le communiqué, M. Darmanin a insisté sur la nécessité de renforcer le dialogue entre les pouvoirs publiques et les cultes, notamment le culte musulman, pour que le projet de loi en préparation puisse renforcer l’ordre républicain et promouvoir les valeurs qui fondent notre vivre-ensemble. Le gouvernement prendra le temps nécessaire pour que le projet soit discuté suffisamment avec les cultes et les représentants de la nation avant son adoption.

Le CFCM est également revenu sur les difficultés que rencontrent les musulmans pour inhumer leurs défunts, notamment en plein pandémie de COVID-19. Le Ministre de l’intérieur considère que des solutions peuvent être trouvées dans le cadre du droit en vigueur via un dialogue des responsables musulmans avec les maires et un accompagnement de l’Etat.

Sur le financement du culte musulman, le CFCM a plaidé pour une évolution règlementaire permettant aux associations gestionnaires de lieux de culte de gérer d’une façon proportionnée et encadrée des immeubles de rapport.

Après avoir exprimé son inquiétude face au climat général et à l’usage abusif de raccourcis et des amalgames liant l’islam à des idéologies extrémistes, la délégation du CFCM a réitéré sa demande de création d’une commission d’enquête parlementaire sur les actes antimusulmans. Cette commission permettra aux représentants de la Nation d’enquêter sur les motivations des individus et organisations qui nourrissent la haine contre les musulmans.

De son côté, poursuit le CFCM, le ministre a réaffirmé que l’Etat ne fait aucune distinction dans la protection de ses citoyens et ne tolère aucun acte de haine à leur encontre en raison de leur confession.  A ce titre, il rappelle que de nombreux projets d’attentats contre des mosquées ont été déjoués par la police et la gendarmerie et encourage les responsables de mosquées à saisir davantage les opportunités qu’offre le programme de sécurisation des lieux de culte mis en place par l’Etat.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite