Myriam Tangi présente à Casablanca “Mehitza, ce que femme voit”

La peintre, photographe et écrivaine Myriam Tangi a présenté, dimanche au Musée de judaisme marocain à Casablanca, son recueil de photographies: “Mehitza, ce que femme voit” dans lequel elle explore les différents aspects de son identité, en tant que juive, femme et artiste.

Dans ce livre composé de près de 70 photos, Myriam Tangi, originaire de Marrakech, porte son regard en tant que femme sur la séparation opérée dans la synagogue entre l’espace masculin et féminin.

Dans une déclaration à la presse, l’écrivaine a indiqué que ce livre explore, à travers une cinquantaines de photographies, la séparation opérée dans la synagogue entre l’espace réservé aux hommes et celui réservé aux femmes, soit en hébreu la Mehitza (division). "Dans ce livre, je m’interroge plus largement sur les territoires masculins et féminin dans le monde juif", a-telle également dit. Pour Myriam Tangi, ces photographies constituent une fenêtre sur les sentiments et expériences des femmes se tenant derrière la Mehitza.

L’écrivaine rappelle également que ce grand travail photographique est entrecoupé d’essais écrits par des intellectuels juifs contemporains. L’artiste, également poète, a également souligné que son recueil de photographies est un ouvrage artistique, intellectuel et spirituel qui dévoile la complexité du judaïsme contemporain.

Diplômée de l’école des beaux arts de Paris, Myriam Tangi a reçu de nombreux Prix en peinture dont celui de la Fondation de la vocation et la médaille de bronze de la ville de Paris.

Atlasinfo avec MAP

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite