Le député LREM Mustapha Laabid : “Je n’ai rien commis de malhonnête ! “

"Je n’ai rien commis de malhonnête ! ", lance d’emblée le député LREM (parti au pouvoir) et président du groupe d’amitié France-Maroc à l’Assemblée nationale, Mustapha Laabid, après l’annonce, vendredi 1 février 2019, de son renvoi devant le tribunal correctionnel pour des "faits d’abus de confiance".

"Je suis serein et je laisse la justice faire son travail", a déclaré samedi à Atlasinfo M. Mutapha Laabid, qui a toujours clamé son innocence.

M. Laabid est soupçonné d’avoir "utilisé à des fins personnelles ou indues des fonds de l’association Collectif Intermède" , qu’il présidait jusqu’à son élection à l’Assemblé nationale en 2017. Le montant du préjudice présumé est de 21.930,54 euros, indique le parquet dans un communiqué.

"L’enquête a démarré au mois de novembre 2017 suite à un signalement TRACFIN. J’ai immédiatement demandé à être entendu et affirmé que je ne me cacherai pas derrière mon immunité" parlementaire, s’est défendu M. Laabid, indiquant qu’il ne se laissera pas déstabiliser.

"Je ne suis pas dupe de l’intérêt qu’aurait certains aigris à me faire passer pour quelqu’un d’illégitime à ma fonction. Mais je ne suis pas de nature à me laisser déstabiliser", a fait savoir le député LREM.

Le député a été convoqué à l’audience du tribunal correctionnel de Rennes du 5 mars "pour fixation de la date du jugement".

Une enquête avait été ouverte, le 16 novembre 2017, par le parquet de Rennes à la suite d’un signalement de Tracfin (service du ministère de l’Economie chargé de la lutte contre le blanchiment d’argent)

"Dix-huit mois d’attente, de rumeurs et de suspicions et aujourd’hui j’apprends que je suis convoqué en mars pour connaître la date de mon audience", a-t-il relevé.

"J’attends avec sérénité cette échéance qui me donnera la chance enfin de me défendre", a ajouté M. Laabid.

"Mustapha Laabid conteste formellement le montant et toute intention de détourner à son profit personnel les deniers de l’association, précise Me Pineau. Il reconnaît qu’il a pu manquer de rigueur dans sa gestion, mais n’a jamais détourné de l’argent à son profit", a pour sa part précisé son avocat, William Pineau.

Natif de Rennes en 1969, le député d’origine marocaine, Mustapha Laabid, est dans la vie civile un homme fortement engagé dans l’associatif et pour l’égalité des chances.

Il a créé le Collectif Intermède, après les événements de 2005 dans les banlieues, une association loi 1901 qui oeuvre pour l’insertion des jeunes.

M. Laabid dirige également la Fondation Face, créée en 1998, qui compte 400 entreprises désireuses d’instaurer une "dynamique avec l’environnement social".

Face Rennes soutient les actions de lutte contre les discriminations, pour l’égalité des sexes et la promotion de la diversité.

Il a présidé pendant dix ans le club de football Rennes Inter pour l’insertion des jeunes par le sport.

Le député Mustapha Laabid est membre de la commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale.

Propos recueillis par Hasna Daoudi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite