L’Iran dénonce l'”ingérence” française dans ses affaires intérieures

L’Iran a accusé jeudi la France “d’ingérence” dans ses affaires intérieures après une déclaration française condamnant “la poursuite de la répression” en Iran, a indiqué l’agence de presse Isna.

Mardi, le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Bernard Valero, a dénoncé "la poursuite de la répression interne et les atteintes aux droits de l’homme" en Iran, après la décision de Téhéran d’interdire deux formations politiques et un quotidien du camp réformateur.

"Ce genre d’ingérence est inacceptable", a déclaré le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Ramin Mehmanparast, cité par Isna. Il a "conseillé" aux responsables français de "régler les problèmes sociaux et culturels de la France" au lieu de "faire des déclarations sur les affaires intérieures des autres pays".

Le porte-parole iranien a critiqué le non-respect des "droits des musulmans (en France, NDLR), qui ne sont pas autorisés à appliquer les règles religieuses, notamment en ce qui concerne le port du voile". "Les responsables français se permettent de faire des déclarations sur les affaires intérieures des autres pays alors qu’ils ne respectent pas les droits de leurs citoyens et ne répondent pas aux demandes légitimes de leur population", a-t-il ajouté. La France a constamment dénoncé la répression de la contestation depuis la présidentielle de juin 2009, remportée par l’ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad, et a soutenu le mouvement réformateur qui s’est exprimé dans les manifestations de rue, saluant son "courage et sa détermination".

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite