“Gilets jaunes”: la délégation LFI à Matignon sans Mélenchon

Une délégation de La France insoumise, sans Jean-Luc Mélenchon, se rendra à Matignon ce lundi à l’invitation du Premier ministre pour tenter de trouver une solution à la crise des “gilets jaunes”, a indiqué le groupe parlementaire LFI lundi.

LFI, reçue à 17H00 par Edouard Philippe, qui lance une grande consultation politique après les graves éruptions de violence du week-end, "sera représentée par Charlotte Girard et Manuel Bompard", respectivement co-responsable du programme et directeur des campagnes du mouvement, et la députée Mathilde Panot, a précisé cette source.

"Jean-Luc Mélenchon n’est pas chef de parti et ne pouvait se rendre disponible", a commenté son entourage auprès de l’AFP, qui réfute tout "sens politique" à cette absence.

Alexis Corbière, député proche du chef de file insoumis, a expliqué de son côté sur franceinfo: on peut "porter des idées sans que ce soit par Jean-Luc Mélenchon", et "j’espère qu’il (Edouard Philippe, NDLR) ne veut pas rencontrer uniquement Jean-Luc Mélenchon mais ce que nous représentons". Ce dernier "avait aussi d’autres choses importantes à faire", a-t-il ajouté.

Pour M. Corbière toutefois, "la difficulté c’est que nous y allons mais le Premier ministre et le président de la République ont beaucoup cadré ces entretiens en disant qu’ils ne bougeraient pas, notamment sur l’augmentation du prix du diesel à partir du 1er janvier". D’où "pas vraiment de signe d’ouverture" de la part de l’exécutif, a-t-il regretté.

Face à cette "révolte qui va très loin" et "nécessite des réponses immédiates", Alexis Corbière a réitéré les demandes de LFI: suspension de la hausse des prix des carburants au 1er janvier et rétablissement de l’impôt sur la fortune qui "permettrait d’avoir 4,5 milliards d’euros" de "recettes immédiates".

Il a également rappelé la motion de censure que les députés LFI, aux côtés des députés communistes, comptent déposer cette semaine à l’Assemblée nationale. "Ce gouvernement n’a plus de légitimité pour avancer car il se heurte à une opposition du peuple très forte", a-t-il justifié.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite