“Fatima”, de Philippe Faucon, meilleur film aux César du cinéma

Adaptation des livres autobiographiques “Prière à la lune” (2006) et “Enfin, je peux marcher seule” (2011) de la Marocaine Fatima Elayoubi, le film de Philippe Faucon, né au Maroc, raconte, dans un style épuré et sans pathos, la vie de ces femmes qui restent souvent des invisibles.

"Fatima", de Philippe Faucon, portrait touchant d’une femme de ménage maghrébine qui élève seule ses deux filles, a obtenu vendredi le César du meilleur film, plus prestigieuse récompense du cinéma français.

"J’ose à peine croire que je suis là maintenant. Je dois énormément aux trois magnifiques interprètes de +Fatima+", a déclaré Philippe Faucon. "Je salue très bas Loubna Abidar, qui ne joue pas dans +Fatima+ mais à qui je rends hommage", a-t-il ajouté.

Le film, présenté à la Quinzaine des réalisateurs au dernier Festival de Cannes, a reçu en décembre le Prix Louis-Delluc (remis par des critiques et des personnalités).

Il raconte l’histoire de Fatima, 44 ans, qui vit seule en France avec ses deux filles, Souad, une adolescente de 15 ans révoltée, et Nesrine, 18 ans, qui débute des études de médecine.

Maîtrisant mal le français, cette immigrée algérienne a du mal à communiquer avec ses filles et avec l’extérieur, dans une société dont elle ne connaît pas les codes.

Pour payer les études de l’aînée, Fatima (Soria Zeroual) enchaîne les ménages.
Mais un jour, elle fait une chute dans un escalier. N’arrivant plus à travailler, elle se met alors à écrire en arabe tout ce qu’elle n’a pas réussi à dire jusque là.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite